tricotin

  • Une pochette tricotinesque

    Au départ l’idée m’a séduite: J’allais enfin mettre à profit mon tricotin mécanique et en plus j’aurais une belle pochette à la clé, celle-ci:
    pochette5.jpg
    … Tricotin en main et 3 pelotes à côté, me voila partie pour tourner, tourner, tourner la manivelle… Très vite, je n’ai pas trouvé l’activité très palpitante. Heureusement, mon loulou a bien voulu m’aider et nous avons fait moitié/moitié (en échange de son aide, je lui prêterai ma pochette aussi souvent qu’il le voudra, je crois qu’il va être drôlement content !!!). Mais d’un coup, je me dis que cela pourrait être intéressant de lire les instructions du Knit-it-book et là, je lis qu’il me faut 13,5m de tricotin !! Ou là ! J’ai quasiment fini mes 3 pelotes et j’ai pas tout à fait 3m. Gloups ! Vite, vite, je vais m’enquérir de l’avis de Mouette, qui réalise elle aussi la même pochette : son approche me va bien : tricotiner les 3 pelotes et voir ce que ça peut donner comme pochette…

    Tricotinage terminé, vient la phase du montage, je reprends mon knit-it-book, leurs dimensions ne me conviennent pas et leurs explications pour montage ne me satisfont pas plus. Je décide donc… d’en faire à ma tête ! Me voici partie aiguille et fil noir à la main pour des heures de coutures invisibles.
    pochette3.jpg

    Au fur et à mesure, il me faut tourner mon fil tricotiné pour pouvoir le rendre régulier, mes aiguilles ne tiennent pas en place, j’avance à la vitesse d’un escargot et en plus, plus je couds, plus mes rangs sont courts !!

    pochette4.jpg

    ça fait super moche ! Je suis à 2 doigts de laisser tomber. Heureusement, les conseils de montage de Mouette viennent à la rescousse et j’utilise la même technique qu’elle. D’abord, je défais tout ce que j’avais cousu (les ¾ de mon serpent tricotin!!) et je prends une feuille cartonnée sur laquelle j’épingle au fur et à mesure mes rangées de tricotin. Et là, je me mets à coudre plus vite et le résultat est plus joli ! Je retrouve le sourire !!
    pochette1.jpg


    N’empêche, une pochette toute noire, c’est un peu trop tristouille pour moi et comme en plus j’ai quelques accidents de tricotinage à cacher, je décide d’y mettre un peu de couleur et de l’agrémenter de potirons. Comme vous avez pu le lire, ce ne fut pas simple non plus avec mon 1er potiron, ça c’est beaucoup mieux passé avec le deuxième ! Je ne suis pas convaincue par le fil rouge que j’ai rajouté, mais ça je peux facilement l’enlever ou améliorer la pause…

    pochette2.jpg


    Il me reste encore à faire la bandoulière, la pochette n’ étant pas assez rigide pour s’en passer. J’ai plusieurs possibilités : soit je suis les instructions du knit-it-book et je la fais en tricotin. Mais je dois avouer que pour l’instant j’ai eu ma dose ! Soit je la fais avec le même tissu que celui utilisé pour les potirons, mais j’ai peur que ça ne rende pas trop bien… Soit j’attends vos suggestions et si l’une d’entre elles me plait, je la suis !!

    En conclusion, j’aime bien le résultat final, mais c’est un des projets que j’ai le moins apprécié faire donc je suis quasiment sûre qu’il n’y aura pas une deuxième pochette de si tôt !
    Par contre, je pense bientôt enchaîner sur un 3ème projet du knit-it-book en espérant que cette fois, les explications seront moins approximatives !!